mercredi 6 août 2014

Nouvelle publication d'Iris, invitée d'honneur 2013

Fabien Deglise dans Le Devoir.


Après avoir mis au monde Valentin, une bande dessinée sous le coup de crayon de Pascal Girard en 2010, le RBO Yves P. Pelletier fait paraître aujourd’hui, avec la complicité d’Iris Boudreau, Le pouvoir de l’amour et autres vaines romances aux éditions La Pastèque.


Extrait:

Dans Le pouvoir de l’amour, l’homme remonte à ses origines bédéesques avec plusieurs récits, idées de numéro, débuts de scénario posés sur papier alors qu’il était dans le feu de l’action avec les RBO dans les années 80 et 90 et qui, désormais, trouvent une vie publique en dessin. « J’ai été accroché par les histoires très sombres qu’Yves m’a présentées, dit Iris Boudreau, qui cultive les collaborations depuis quelques années, avec Zviane, avec Cathon, avec Caroline Allard. L’humour noir, ça me parle. C’est plus mon genre, et c’est surtout ce qui permet d’avoir un recueil de nouvelles homogène qui réunit des histoires d’amour drôles qui finissent toutes pas très bien. » 

Dans ce tout, l’univers de RBO n’est jamais très loin — « nous étions très “bande dessinée” dans notre façon de raconter les choses », dit Pelletier —, tout comme celui du cinéma dans lequel le comique a désormais trouvé ses marques. « La bande dessinée et le cinéma ne sont pas des arts très éloignés », dit-il, à part peut-être pour la mécanique de la réalisation, plus légère dans le cadre du 9e art, au grand bonheur de l’artiste multicarte. « Au cinéma, il y a beaucoup d’organisation, beaucoup de monde à coordonner lors du tournage, ajoute-t-il. Là, tout devient un peu plus facile à orchestrer, plus fluide. On a une idée et on peut la mettre au monde à deux plus rapidement. »






Aucun commentaire:

Publier un commentaire