samedi 3 décembre 2011

Entrevue avec le bédéiste Mikaël

Ce 8 décembre aura lieu le lancement officiel du premier tome de Rapa Nui, une série dyptique scénarisée par Mikaël et dessinée par Fabrizio Russo.





Mikaël, bédéiste aux oeuvres colorées remplies d'imagination et d'aventure, nous a accordé une entrevue sur son nouvel opus et sur son art.

Parles-nous un peu de Rapa Nui. Est-ce que cette série est issue d'une fascination pour l'Île de Pâques et ses Moai?

C'est en plein ça. Je ne sais pas à quand ça remonte, depuis l'enfance en tout cas. Quand j'ai appris que des statues géantes avaient été érigées par une civilisation ancienne sur ce petit bout de terre, le plus éloigné de toutes côtes, j'ai vraiment été fasciné! Rajoutons à cela que les seules traces écrites (les tablettes rongorongo) n'ont jamais pu être traduites et que lors de l'arrivée des premiers européens sur l'île, les insulaires vivaient une profonde crise et ne se souvenait quasiment plus de l'histoire de leur peuple. Ça stimule l'imaginaire non?!

Et puis plus tard j'ai découvert la civilisation maori, qui a colonisé tout le Pacifique à l'époque où, en Europe, le Moyen Âge battait son plein. C'est une civilisation extraordinaire, avec des navigateurs hors du commun, sur laquelle j'ai lu plusieurs livres. Et de là, l'idée d'écrire ma propre histoire en prenant comme point central l'Île de Pâques a germé et s'est construite au fil du temps. J'ai commencé les premiers synopsis de cette histoire il y a une dizaine d'année environ.

Alors que tu as illustré tes livres précédents, et aussi illustré les récits d'autres scénaristes, Rapa Nui est le premier livre ou tu remets le chapeau de dessinateur à un autre artiste. Est-ce que c'était un peu insolite de voir ton histoire à travers le regard et le crayon de quelqu'un d'autre?

Oui, surtout que, comme tu le précises dans ta question, je suis aussi dessinateur. Donc en écrivant le scénario de Rapa Nui, j'avais déjà pas mal de plan en tête et j'avais aussi une idée précise de certains points et détails. Donc oui, j'ai dû travailler à "lâcher prise" pour permettre au dessinateur d'être libre et d'avoir sa propre vision des choses. Bien sûr, j'avais mon mot à dire, mais c'était surtout pour vérifier que tout collait au niveau du scénario, pour que le lecteur ne soit pas perdu et qu'il aille bien là où je voulais l'emmener.

On retrouve souvent des thèmes d'exotisme et d'aventure dans tes oeuvres. Est-ce que tu as eu l'occasion de voyager? Quelles cultures et régions du monde t'interpellent en particulier?

Effectivement, les voyages m'interpellent beaucoup. La découverte d'autres cultures est quelque chose de très important dans ma vie. Il y a tellement à apprendre des autres que lorsque je voyage, je lis automatiquement des livres sur l'histoire, les habitudes de vie, etc. des pays visités.

J'ai eu la chance de voyager pas mal à travers le monde, et puis j'ai aussi habité dans plusieurs pays; en France, puis aux Antilles, et enfin, à Québec. Quant aux régions du monde qui m'interpellent le plus… pas facile de répondre! J'ai peut-être un petit faible pour la civilisation maori et toutes les civilisations précolombiennes (Incas, Nazca, Maya, etc.). Mais la culture antillaise, québécoise et de la vieille Europe (de l'est comme de l'Ouest) sont aussi une grosse source d'inspiration pour moi. Sans oublier la forte influence africaine, chinoise et japonaise… bref comme je le disais plus haut, pas facile de dire laquelle m'interpelle le plus, hi hi!

La question incontournable: Qu'est ce qui t'a ammené à faire de la bande dessinée?

Alors… et bien je suis tombé tout petit dans les Tintin (tiens, il y a peut-être in lien à faire avec mon goût prononcé des voyages…), les Astérix et autres BD franco-belge classiques. Ces livres m'ont toujours fasciné et j'ai très vite eu envie de raconter moi aussi mes propres histoires. Et comme je dessinais toujours, et bien je me suis aussitôt tourné vers la BD pour raconter mes histoires. Si j'avais eu des prédispositions pour la musique, et bien j'aurai utilisé alors certainement ce médium pour raconter mes histoires, mais c'est tombé sur le dessin pour moi!

En tant qu'artiste autodidacte, quels ont été tes principaux défis et tes meilleurs outils d'apprentissage?

Wow, euh… Le plus difficile c'est que dans ce cas là, on part avec rien, si ce n'est une grosse envie d'apprendre et de s'améliorer en permanence (ce que est bien évidemment encore le cas aujourd'hui, et j'espère d'ailleurs qu'il en sera toujours ainsi !). J'ai donc dû faire mon apprentissage tout seul, tant sur le point de l'écriture du scénario, du dessin et de la couleur. Et c'est de l'ouvrage! J'ai d'abord appris en lisant beaucoup de livres sur le sujet, en recopiant mes BD préférées pour comprendre comment les personnages étaient construits et comment on racontait l'histoire en dessin.

Puis, après ma première BD éditée, j'ai pas mal tourné vers les festivals de BD pour signer mon livre, et là je pouvait demander à mes pairs des conseils pour m'améliorer. Je glanais donc de-ci de-là des conseils, des infos, des astuces qui me permettaient de progresser. Il faut dire qu'à cette époque, il y a 10 ans, on n'avait pas internet encore en France- où j'habitait! Ce qui fait que je n'avais pas accès à tous les tuto disponibles maintenant. Donc ma progression a été peut-être plus lente qu'elle ne l'aurait été aujourd'hui.

Comme tu fais de tout, du scénario à la couleur, est ce que tu as des étapes favorites, ou encore d'autres qui te font grincer des dents?

Pour moi, ce qui est plus le fun, c'est l'histoire: élaborer un scénario, prendre le lecteur par la main et l'emmener exactement là où on veut pour lui raconter l'histoire. Ensuite l'étape du "story-board" ou "découpage dessiné" est aussi très excitante, car c'est là où je vais transformer mes phrases du scénario en dessin, et ça c'est aussi bien le fun!

Ensuite la partie dessinée est pour moi la plus laborieuse, car je ne dessine pas aussi bien que je le voudrais et ça me pèse beaucoup. C'est là où j'ai le plus de difficultés. Mais je doit avouer que depuis peu, plusieurs choses dans mon dessin se sont débloquées et je prends de plus en plus de plaisir à dessiner!

Qui sont tes artistes BD favoris, et/ou quelles bande dessinées t'ont particulièrement marqué?

Je dois avouer que mes  influences se tournent plus du côté du cinéma avec par exemple les univers de Hayao Miyazaki, Tim Burton, et JP Jeunet. Et aussi vers certains illustrateurs comme Rebecca Dautremer, Benjamin Lacombe, Dice Tsustumi, Edward Gorey, James Paick…

Mais pour en revenir à la BD, il y a quand même des artistes majeurs qui m'influencent: Loisel, Letendre, Manu Lepage, Florence Magnin, Marini, Bonin, Mathieu Lauferay, Vincent Perriot…

En mot de la fin: Tu as de nouveaux projets à l'horizon... Est-ce que tu peux nous en dévoiler un peu?

Présentement, je suis sur une BD jeunesse, un conte antillais, le 2ème de la série, ça s'appelle "Félice et la Kaz Hurlante". Sinon le tome 2 (suite et fin) de Rapa Nui avance bien et est prévu pour l'an prochain (j'ai reçu de la part du dessinateur la page 26 la semaine dernière !)

J'ai aussi achevé récemment Circus, une autre BD jeunesse chez Clair de Lune qui, quant à elle, sortira en mars/avril 2012.

Et puis j'ai un projet qui vient d'être accepté par un éditeur européen, cette fois c'est une histoire plus sombre, un western surnaturel, écrite par un scénariste où je suis au dessin et la couleurs. Mais comme je suis en pleines négociations, je n'en parle pas trop tant que ce n'est pas définitivement signé. Mais dès que ce sera fait, j'en ferai l'annonce sur mon site et ma page facebook bien évidemment!

Rapa Nui 'Découvertes' (tome 1), disponible en librairie le 8 décembre. Aperçu disponible sur mikaelbd.com

Source: Céleste Agnès - Mikaël

Aucun commentaire:

Publier un commentaire